· 

Est-ce que tu dois quitter ton job

Entrepreneure, artiste... Tu as choisi de te lancer en parallèle d'une activité salariée. Pour tester ton idée ou tout simplement avoir un matelas de stabilité sur lequel t'appuyer. 

Mais te voilà maintenant face à un dilemme. Ton activité dite secondaire te rapporte maintenant suffisamment pour que la question se pose : dois-tu quitter la stabilité du salariat pour embrasser pleinement la vie d'artiste ou d'entrepreneure ? 

Il est possible même que tu aies l'impression qu'être salariée te freine dans le développement de ton activité. Le temps passé à travailler pour un projet qui n'est pas le tien est considérable, l'énergie que tu y met aussi... Et tu as l'impression que ton projet stagne justement parce que tu as ce matelas de stabilité. 

Alors, prête pour le saut de l'ange ? 

 

Lis ça d'abord ! 

Savoir ce que tu veux vraiment

Le salariat et l'entrepreneuriat ont tous les deux des aspects attirants.

Si le salariat apporte un certain confort grâce aux revenus récurrents, et ouvre droit à certains avantages sociaux non négligeables, l'entrepreneuriat peut te permettre d'avoir des revenus plus impressionnants mais aussi d'avoir plus de souplesse dans ton emploi du temps. 

Et les avantages de l'un sont ce qu'il manque à l'autre.

Ma démonstration est sommaire, mais tu as compris l'idée.

Avant de savoir si tu dois laisser tomber ton emploi salarié pour te lancer à la tête d'un empire de porte-clefs artisanaux en macramé, tu dois être capable de répondre à cette question : de quoi ai-je vraiment envie ?

Une passion monétisée n'a peut-être pas vocation à devenir une carrière. Peut-être que faire quelques ventes sur une plateforme en ligne te suffit. Peut-être que tu n'as pas envie de passer du statut de petite artisane du dimanche à celui d'entrepreneur - car cette posture est différente. 

Ou alors si. Tu rêves de pouvoir incarner ta vision en portant tes porte-clefs. 

Peu importe.

Mais il faut se poser les vraies questions, et trouver les vraies réponses.

Le coaching est là pour ça : remplis ce questionnaire si tu veux aller plus loin avec moi sur ce sujet.

 

Avoir conscience de la réalité du terrain

  • Quelles sont tes dépenses actuelles, et quelles sont tes perspectives ?
  • As-tu un moyen de vivre de manière plus profitable ?
  • Tes coûts sont-ils optimisés ?
  • Es-tu prête à vivre à 100% de ta passion ? 
  • En as-tu envie ? 
  • Est-ce que tu veux entreprendre par fuite du salariat ou par réelle envie d'entreprendre (crois-moi, ça change tout, et ça peut te faire gagner quelques années de savoir quelle est ta motivation profonde avant de commencer) ?

Ces questions ont pour objectif de te mettre en contact avec TA réalité. Tu peux avoir la sensation que ta situation va bien sans savoir pourquoi : modéliser ça te permettra de le rendre pérenne. À l'inverse, j'ai déjà eu des clientes persuadées de ne pas gagner leur vie à qui j'ai fait reprendre leurs revenus et là, surprise : elles avaient un chiffre d'affaires plus que confortable pour elles ! 

 

Prévoir les investissements à venir

Pour le moment, tu as réussi à dégager suffisamment de bénéfices de ton activité secondaire pour que tu puisses envisager de la quitter. Cependant, et désolée si je viens ruiner la fête, si tu veux en vivre de manière exclusive, il va falloir passer au niveau supérieur.

 

Le niveau supérieur, ça peut être : 

  • faire connaître tes produits ou services à un maximum de gens
  • diversifier ton offre
  • te former
  • te faire superviser
  • aller découvrir de nouvelles choses pour maintenir ton inspiration
  • mettre en place un processus de soin à la hauteur

 

Tout ça représente un investissement en temps et en argent. Tu ne peux pas juste quitter ton job en te disant que ton ancien système va soutenir tes nouvelles ambitions. 

 


Si la lecture de cet article t'a découragée, c'est tant mieux : c'est que ce n'est pas le bon moment pour toi. 

Si à la fin de la lecture de cet article tu as envie de donner plus d'ampleur à ta vie, rendez-vous en coaching. 

Aller plus loin

Écrire commentaire

Commentaires: 0